Une Gazelle. Un concours. Un sujet : le bruit de monde. Une idée et une autre et une autre. Des heures passées devant les feuilles blanches qui peu à peu se noircissent. Des angoisses, du stress. Un texte à deux mains. Si fière de ma Gazelle, quelque soit le résultat.

 

Un homme. Un japonais. Il est sans âge, sans famille. Il est une de ces fourmis habitant dans une ville saturée de bruits qu’il n’entend plus.

IMG_1349

Il est de ceux qui partagent le bruit des autres, sans plus les percevoir, dans un open space sans humanité.

IMG_1347

Il est de ceux qui ne savent plus entendre le rire et les chants d’un enfant qui croit encore au monde.

IMG_1350

Il est de ceux  qui ne trouvent que le bruit des médias pour combler le silence de leur vie. Il est imperméable aux bruits du monde, protégé par sa surdité volontaire.

IMG_1346

Mais brutalement, c’est le bruit de cette vague qui hurle et siffle la mort sur son enfance, ses ancêtres, sa vie.Lorsqu’il arrive sur les lieux ravagés par ce bruit indicible, c’est le bruit pesant de la désolation qui couvre les hommes. Son monde, le monde bruisse de peur.

IMG_1352

Alors, seul, il hurle,  participant enfin au tumulte du monde.

IMG_1356